icon-ititaicon-enengicon-dedeuicon-frfraicon-esesp

FaceBookTwitterOpere Bookmark and ShareAddThis

OPERA IN CONCORSO  Sezione Pittura

GARI | Personne n’est innocent
vedi ad alta risoluzione

Personne n’est innocent
acrilyque, posca, pastel gras, collage circuits imprim, toile
100x100 cm

GARI

nato/a a Moutiers - France

residenza di lavoro/studio: METZ (FRANCE)

iscritto/a dal 06 feb 2015

http://art-gari.blogspot.fr/

Altre opere

GARI | Le quantique de st wall

vedi ad alta risoluzione

Le quantique de st wall
acrilyque, posca, pastel gras, toile
100 x 100 cm

GARI | Opium

vedi ad alta risoluzione

Opium
acrilyque , posca, toile
100 x 100 cm

GARI | La Matrice

vedi ad alta risoluzione

La Matrice
acrilyque , collage , pastel gras, toile
220 x 185 cm

Descrizione Opera / Biografia


€ Le vocabulaire et l’écriture développés par Francesco Garieri témoignent indéniablement d’une réelle sincérité et d’une profonde humilité.Sa peinture ne cache rien car il suffit de le lire pour comprendre qu’il utilise un langage courant voire naïf ou enfantin pour aller directement à l’essentiel, au plus profond de nous-mêmes. Pour lui, le monde des formes et des couleurs jaillit des profondeurs de l’âme.C’est pourquoi sa peinture est toujours émotion et poésie de l’être. ..........Les couleurs appliquées sont fraîches et légères, le bleu et le rose accompagnent poétiquement cette naissance de l’humanité...... Ce monde de Francesco n’est pas entièrement gai ni joyeux mais ce qui est remarquable chez lui c’est sa fraîcheur de l’invention.Il est à l’exemple d’un Miro qui avait décrit un monde souvent magique et étrange et qui retrouve la « seconde naïveté » même lorsqu’il avait déjà atteint un âge avancé.....on retrouve dans cette œuvre également l’art des primitifs et l’ « art brut », mi-naïf, mi grotesque d’un Jean Dubuffet.Comme ce grand maître de l’Art Brut, Francesco poétise la matière et s’intéresse davantage à la vie simple de ses contemporains et à la banalité de notre vie quotidienne. Il se méfie des théories et des théoriciens de l’esthétique et s’émerveille davantage à la vue de dessins et graffitis d’enfants, dans la rue aux murs des maisons. Cependant en filigrane, on découvre aussi chez Francesco un autre univers proche du surréalisme par l’évocation des mondes kafkaïens. Cette impression est renforcée par l’émergence de ces figures fantomatiques des premiers êtres humains et celles du couple mythique, Adam et Eve, qui se dévoilent de manière singulière. En effet ces deux personnages apparaissent à la manière de dessins-prototypes avec une vision architecturale remarquable.Mi-hommes, mi-robots, des lignes comme des connexions électriques traversent leurs corps respectifs. A l’évidence ces étranges personnages participent à ce monde surréel et imaginaire de Francesco.Bref Francesco fait se côtoyer par des combinaisons paradoxales, le réel, le futur et le surréel. Il mélange les éléments de notre histoire ancienne (l’Ancien Testament), et aussi actuelle ou future avec ceux empruntés aux civilisations primitives.Entre la réalité et le rêve, l’expérience extérieure et intérieure, Francesco nous fait accéder par sa peinture à des mondes qui nous paraissaient parfois inaccessibles.
Christian Schmitt . Metz